Breaking News
Home - History of Seychelles - Alexis-Marie de Rochon 1741-1817

Alexis-Marie de Rochon 1741-1817

New-Picture-(62)par Richard Touboul

Astronome, physicien, mathématicien, navigateur, botaniste…savant de génie touche à tout, Alexis Marie de Rochon est né le 21 février 1741 au château de Brest où son père était aide-major des villes et château de Brest. Son frère ainé ayant choisi une carrière militaire il fut selon la tradition familiale destiné à l’Eglise et obtint un simple prieuré. Ne pouvant résister à sa passion pour les sciences et les voyages il quitta les ordres mais ne cessa de se faire connaitre tout au long de sa carrière scientifique comme l’abbé Alexis Rochon.

En 1765, il fut nommé bibliothécaire de l’Académie royale de marine établie à Brest et correspondant de l’Académie des sciences à Brest. En 1766 il devient astronome de la marine et embarque en avril 1767 sur le vaisseau « L’Union » vers le Maroc chargé de déterminer les longitudes et observer les distances des étoiles et du soleil à la lune.

En 1768 il reçut pour mission d’aller reconnaitre les îles et les écueils se trouvant sur la route reliant les îles de France et de Bourbon aux côtes d’Inde et sur tout ce qui avait « un rapport direct aux progrès des sciences et de l’art nautique ». Arrivé dans un port d’île de France le 23 juillet 1768 et après une mission scientifique à Madagascar ordonnée par Pierre Poivre au cours de laquelle il découvre des cristaux de roche biréfringents (ayant la propriété de double réfraction) qu’il emploiera plus tard dans des instruments d’optique, il repart le 30 mai 1769 vers les îles situées au nord est de Madagascar sous l’expédition commandée par le chevalier Grenier et constituée des corvettes l’Heure du Berger dans laquelle pris place l’abbé Rochon et du Verre Galant commandé par Monsieur de La Fontaine. Le 2 juin 1769, il assiste à un évènement astronomique de premier ordre : le passage de Vénus sur le disque du soleil. Le 13 juin 1769 Alexis Marie de Rochon arrive à Mahé à bord de l’Heure du Berger ou il entreprend aussitôt de vastes recherches sur la faune et la flore et notamment à Praslin où il découvre le cocotier de mer et en « rapportera quelques jeunes plans afin de les transplanter en île de France » ainsi qu’un spécimen de « 20 pieds » (environ 6 mètres) pour le cabinet d’histoire naturelle de Paris (Jardin du Roi) et un coco de mer germé pour l’académicien Le Monnier.

Le 3 juillet à 8 heures du matin par beau temps en déterminant la longitude de Mahé l’abbé Rochon à l’aide d’une lunette achromatique (lentille qui laisse passer la lumière blanche sans la décomposer) de 12 pieds (environ 4 mètres) et une pendule, fait une étonnante observation astronomique : l’émersion d’un satellite de Jupiter.

Le 14 juillet 1769 Alexis Marie de Rochon appareille de l’île de Palme vers les Maldives qu’il atteint le 28 juillet puis poursuit son voyage vers la côte de Malabar, mouille à Pondichéry le 6 août et le 25 août observe le passage d’une comète avec une très longue queue près de l’étoile Aldabaran (étoile la plus brillante de la constellation du Taureau, rappeler Aldabra découvert par les arabes). Cette importante expédition s’achève par l’arrivée à l’île de France le 6 octobre 1769.

Membre de l’Académie des sciences en 1771 puis Conservateur du Cabinet d’Astronomie du roi en 1774, du Cabinet de physique et d’optique, en 1787 il est nommé astronome opticien de la marine jusqu’à la Révolution française il consacre la majeur partie de ses recherches en optique. En 1790, il fait partie de la commission des monnaies et élaborera des monnaies coulées et moulées en utilisant le métal de cloche. A partir de 1792, il s’occupe du dessèchement des eaux stagnantes, de combustible à partir de tourbe, de lunettes marines etc… En 1795 membre de l’Institut et jusqu’à sa mort survenue le 5 avril 1817, Alexis Marie de Rochon ne cessa de travailler à réaliser, perfectionner ses idées et celles des autres. Savant sans limites, il finança une partie de ses recherches et inventions.

Suite aux voyages, à ses recherches scientifiques et inventions qu’il entreprit tout au long de sa vie dans des domaines très variés il est l’auteur de nombreux ouvrages, recueils, mémoires à caractères scientifiques, réalisa de nombreux instruments d’optique pour l’observation astronomique et maritime dont la lunette à double prisme en verre dite « lunette de Rochon » ou « micromètre » qui permettait de calculer plus aisément la distance à l’objet, et le diasporamètre pour le calcul des mesures des distances réduites à angles variables.

New-Picture-(61)

Developers: Cyberwave